Accueil Contact Classement Ecole de commerce Ecole d'ingénieurs Bachelor/MS/MBA Espace Prépas Test Newsletter

SIGEM 2012 : il répond à tout !

Studyrama Grandes Ecoles : 09/09/2016

Aux questions qui se posent traditionnellement lors du déroulement de chaque nouvelle session des concours se sont ajoutées de nouvelles interrogations qui ont rendu l’attente des résultats du SIGEM 2012 un peu plus pesante. L’ensemble des places allaient-elles être pourvues dans toutes les écoles ? Les déconvenues de l’an dernier allaient-elles se transformer en succès cette année ? Serait-on « à l’abri » pour cette rentrée encore ? Les choix stratégiques allaient-ils se révéler payants ? L’actualité a été riche d’annonces de fusions largement médiatisées et qui n’ont pas manqué de faire réagir dans l’univers des Grandes Écoles. Restait à entendre l’avis des premiers concernés : les préparationnaires. Le SIGEM 2012 donne les réponses ! Des conséquences en ont été tirées et le tableau que vous lirez en 2013 n’aura certainement plus le même aspect ! Voyons ensemble les résultats pour cette année…

 

Nous en sommes à recueillir les derniers chiffres auprès de vos lycées afin de déterminer combien vous êtes cette année en classes préparatoires économiques et commerciales. La prudence nous impose de ne pas avancer de résultat avant la finalisation de cette enquête, mais nos premières estimations pointent une hausse de quelques centaines d’élèves. Après la légère baisse des effectifs observée en septembre 2011, entraînant logiquement un recul du nombre de candidats au concours 2012, la tendance devrait s’inverser dès le concours prochain. Pour le plus grand bien de la filière et sous l’œil attentif des écoles qui réévaluent à chaque rentrée le nombre de places ouvertes aux préparationnaires pour le concours suivant.

SIGEM2012_tableau

 
 
À vos places !
On observe d’ailleurs une baisse globale de 90 places entre les sessions 2011 et 2012 des concours. En réponse aux tensions rendues visibles suite à la parution des résultats du SIGEM 2011, quelques écoles ayant connu des difficultés de recrutement ont choisi de réduire de quelques unités, parfois quelques dizaines, le nombre de places ouvertes aux préparationnaires. D’autres ont fait le choix inverse, comme EMLYON (+20 places), l’ESC Rennes (+30 places) ou encore l’INSEEC (+20). Les stratégies des unes ne compensant pas totalement celles des autres, les candidats de prépa ont donc dû faire avec 90 places de moins ! Ce qui ne les a visiblement pas troublés outre mesure, puisqu’ils ont choisi de laisser 864 places vacantes à l’issue du mouvement SIGEM.
 
Faisons d’abord un tour des écoles qui n’ont pas recruté le nombre de préparationnaires qu’elles attendaient. Toutes ne sont pas dans la même situation. À l’EM Normandie d’abord, l’on attendait 11 préparationnaires de plus, mais avec 49 intégrés, la business school fait mieux que l’an passé et progresse donc. L’ESC Pau est également sur une dynamique positive : même s’il lui « manque » 14 étudiants issus de prépa sur les 100 qu’elle appelait, elle en intègre plus qu’en 2011 et renforce ainsi son attractivité. Pour l’ESC Troyes également, les chiffres sont sensiblement identiques à ceux de l’année passée, avec 31 nouveaux étudiants intégrés via le concours BCE. Les passerelles qu’elle renforce avec les autres écoles du groupe (tourisme et design) ainsi que le nouveau campus qui sera inauguré en 2014, devraient convaincre la petite vingtaine de préparationnaires qui lui manquent pour « remplir » ses places.
Derrière ce trio se forme un groupe d’écoles qui n’avaient pas rempli leurs effectifs après le SIGEM 2011 et rencontrent les mêmes difficultés en 2012, alors même que certaines avaient opté pour une baisse des places ouvertes sur les deux années consécutives. Pour les ESC d’Amiens, Brest et Clermont, qui fusionnent pour former France Business School, c’est au total 142 étudiants qui manquent à l’appel en cette rentrée. Les ESC de Dijon et La Rochelle attendaient respectivement 54 et 72 étudiants de plus que les 106 et 23 qu’elles accueillent. Chacune sur son territoire propose pourtant un cursus aux nombreux atouts, peut-être trop peu visibles des préparationnaires. L’ESC Chambéry ne parvient pas non plus à relancer son attractivité et perd quelques intégrés par rapport à l’an dernier. Ce sont seulement deux préparationnaires qui ont intégré les rangs de l’ESC Saint-Étienne à la rentrée. L’ISG retrouve quand à elle sa situation de 2010 en intégrant 14 étudiants, soit quelques-uns de plus que l’an dernier, preuve qu’elle réussit à convaincre de nouveau. Enfin, l’ISC Paris a fait sa rentrée avec 172 étudiants issus de prépas qu’elle souhaitait voir plus nombreux et pour lesquels elle n’hésite pas à monter d’ambitieux programmes d’accompagnement durant les révisions, notamment en culture générale.
 
Parmi celles qui ne « remplissent » pas, la situation est inattendue pour cinq écoles qui avaient fait le plein à la rentrée 2011. L’INSEEC d’abord, qui avait ouvert avec succès 60 places supplémentaires en 2011 ne parvient pas à atteindre le nouvel effectif fixé en 2012 sur la base de 20 places de plus. Ils sont 222 à intégrer l’un des campus de Paris ou de Bordeaux pour 300 places ouvertes. Il manque également à SKEMA 47 étudiants sur les 245 attendus au sein du campus de Sophia-Antipolis. Elle parvient pourtant à « faire le plein » de très bons étudiants sur ses campus de Lille et Paris en allant chercher sensiblement moins loin le dernier intégré. Pourtant implanté au cœur d’une technopole de premier plan, le campus de Sophia-Antipolis attire moins cette année. Télécom École de Management, qui avait ouvert 120 places, a finalement intégré 81 étudiants issus des classes préparatoires. Tout juste accréditée AACSB et après une entrée remarquable à la 41e place des meilleurs Masters in Management mondiaux selon le Financial Times, nous imaginons qu’il s’agit d’un incident de parcours ! Comme cela est le cas par ailleurs pour l’ESC Toulouse qui a recruté 24 étudiants de moins que les 445 appelés. Notons que les projets qu’elle porte notamment pour son programme Grande École devraient lui permettre d’oublier cet épisode dès le prochain concours ! L’ESCEM vient clore la liste des écoles n’étant pas parvenues à intégrer autant de préparationnaires que souhaités. Elle avait pourtant rempli sa promotion l’an passé, mais il lui manque 68 étudiants à la rentrée 2012 pour « faire le plein ». Un effet post-fusion ?
 
Fusions, confusions ?
Il faut bien dire qu’entre janvier et juin dernier, les annonces successives de fusions inter-business schools ont quelque peu déconcerté les préparationnaires. Les rumeurs allaient bon train depuis quelques mois… La réforme des CCI encourageant la révision des modes de gouvernance, différents bilans de l’état de la filière laissant sous-entendre l’essoufflement du modèle prépa/ Grandes Écoles, la concurrence internationale s’intensifiant et enfin, le modèle SKEMA ayant fait ses preuves, les observateurs soupçonnaient l’annonce de quelques rapprochements. Ce sont trois nouvelles qui sont tombées à quelques semaines d’intervalle à peine : d’abord Reims Management School et Rouen Business School confirmant leur volonté de s’associer au-delà des programmes d’Executive Education qu’elles proposent en commun ; ensuite BEM et Euromed déclarant qu’elles ne formeraient plus qu’une école d’ici 2013 ; l’ESCEM enfin dont on apprenait que le président, François Duvergé, pilotait la création de France Business School avec les ESC d’Amiens, Brest et Clermont. Entre ces annonces et l’application effective de ces fusions se passeront quelques mois à une année, voire plus… Ces perspectives ont sûrement refroidi une partie de vos aînés qui, dans le cas de la création de France Business School ont peut-être manqué d’informations. Vous en apprendrez plus en lisant l’article page 44. Les quatre autres écoles concernées par ces fusions, toutes membres d’Ecricome, n’ont pas eu à souffrir des résultats du SIGEM. BEM et Euromed, qui forment aujourd’hui KEDGE Business School ont, comme l’an passé, séduit les préparationnaires, y compris ceux de la voie littéraire (voir tableau ci-dessous). Reims Management School et Rouen Business School effectuent de très belles rentrées et nous indiquent poursuivre les échanges qui mèneront à la création d’un cursus commun au sein du programme Grande École. Le nom de la nouvelle entité qu’elles formeront sera connu début 2013.
 
 
Concernée au premier chef par ces mouvements, la banque Ecricome est donc composée de quatre écoles pour le prochain concours (KEDGE, ICN, RMS et RBS) mais conservera cinq « lignes » au SIGEM 2013, BEM et Euromed maintiennent en effet leurs « lignes » respectives avec des coefficients et des barres d’admissibilité similaires. ICN, qui atteint ses effectifs pour la rentrée 2012 après un incident en 2011, est quant à elle impliquée dans le projet ARTEM, qui redessine le cœur de ville de Nancy avec l’École des Beaux-Arts et l’École des Mines. France Business School a de son côté confirmé qu’elle ne recrutera pas les préparationnaires via la BCE ou Ecricome l’an prochain pour mettre en place son concours propre. Nous vous tiendrons informés dès que les modalités seront connues. Vous devinez que le tableau SIGEM présenté ci-dessus ne comportera pas tout à fait le même nombre de lignes à la rentrée prochaine ! Le paysage évolue… mais nous pouvons compter sur quelques agréables invariants !
 
Un « top ten » qui tient la forme !
Nous l’appelons « top ten » mais s’il est en effet bien composé de sept écoles qui figurent en tête des préférences des préparationnaires à l’issue du SIGEM 2012, trois d’entre elles ne peuvent pas être à strictement parler inscrites à leur suite. Figurant traditionnellement dans le milieu de tableau, recrutant chacune un nombre à peu près équivalent de prépa (entre 200 et 250), implantées dans des métropoles de taille similaire mais chacune ayant des spécificités bien distinctes, elles séduisent sans faille depuis quelques années : l’ESC Montpellier, l’ESC Rennes et l’EM Strasbourg (les deux dernières feront concours commun en 2013) effectuent un sans-faute en cette rentrée.
 
 
Les « Parisiennes » ensuite, HEC, l’ESSEC, ESCP Europe, EMLYON et l’EDHEC ne faillissent pas à leur réputation en intégrant des étudiants de très haut niveau auxquels elles offrent une formation dont la qualité est internationalement reconnue. Viennent ensuite Audencia et l’ESC Grenoble dont l’excellence et les spécificités attirent toujours autant parmi les préparationnaires. Voilà pour 2012… dans quelques mois, c’est vous qui donnerez les réponses à toutes les questions que l’on commence à se poser cette année ! 
 
Rédaction : Stéphanie Ouezman


28 fiches école prépa HEC
Etablissement
Région
Niveau d'entrée




 



Inscriptions BCE
& Ecricome 2017

Coefficients,
nombre de places ouvertes,
coût des inscriptions…



Espace Librairie


Réussir le concours Ambitions +
50 fiches d'anglais

>> Accédez à toute la librairie


Sondage


4 semaines avant le coup d'envoi des concours, vous en êtes où ?