Accueil Contact Classement Ecole de commerce Ecole d'ingénieurs Bachelor/MS/MBA Espace Prépas Test Newsletter

Les villes africaines au début du XXIe siècle

Studyrama Grandes Ecoles : 01/07/2011

par Alban  Bervas

L’explosion urbaine est un phénomène qui touche l’Afrique depuis les années 1960-1970, mais elle y apparaît encore plus brutale et soudaine que sur les autres continents car le taux d’urbanisation y est longtemps demeuré très faible. Peu de villes anciennes sont restées actives depuis le XIXe siècle, exception faite en Afrique du Nord comme à Alger, au Caire ou à Marrakech. Cette très forte croissance est liée classiquement à de multiples dysfonctionnements (explosion démographique, crises écologiques majeures comme au Sahel, DIT non maîtrisée, …) qui ont eu des effets cumulatifs très dangereux à court ou moyen terme car ils se sont avérés très peu contrôlables.

Ainsi, le fait urbain, en Afrique, est-il devenu très souvent anarchique. On retrouve tous les aspects négatifs des grandes métropoles des tiers-mondes avec des évolutions de plus en plus conflictuelles : hyperviolence, bidonvilles sur des surfaces énormes, problèmes croissants de ravitaillement en eau, en nourriture mais aussi en bois ou en énergie… Cela peut déclencher des guérillas urbaines terrifiantes comme au Liberia ou en Sierra Leone qui ne favorisent en rien les récupérations économiques et les perspectives de croissance puis de développement.

 
Un phénomène récent
En Afrique, le phénomène urbain est beaucoup plus récent et violent que dans le reste de la ZIT (zone intertropicale).
À la grande différence de l’Asie, l’Afrique, vers 1950, reste peu urbanisée et les villes traditionnelles n’ont conservé que rarement leurs fonctions classiques. Ainsi, Tamanrasset, la « porte du désert », point de départ des grandes caravanes transsahariennes (cf. R. Caillé) n’a que peu d’importance lors de la colonisation française. Abidjan, Lagos, Kinshasa n’existent pas en 1900. La population reste exclusivement rurale et les villes sont dangereuses à cause des maladies, des difficultés de ravitaillement en eau ou en nourriture.
Depuis cinquante ans, toutes les villes sont touchées par de très fortes croissances : Le Caire, Lagos ou Nairobi sont devenues des villes « macrocéphales » qui concentrent une part importante (40 %, voire 50 %) de la population totale du pays. Ces villes ont la particularité de s’étaler sur des dizaines de kilomètres car il n’y a presque pas de construction en hauteur, les familles recourant au système de la « case ». Cela provoque le phénomène de la « Plage » entre Dakar et Port-Gentil où le littoral est presque urbanisé en continu sur plus de 3 000 km. Abidjan est désormais à cheval sur trois lagunes, ce qui empêche cette conurbation de fonctionner « normalement ».
 
Lire la suite dans Espace Prépas n°137


31 fiches école prépa HEC
Etablissement
Région
Niveau d'entrée




 



Abonnez-vous
à Espace Prépas

Géopolitique, Culture Générale, Actualité…



Espace Librairie


Réussir le concours Ambitions +
50 fiches d'anglais

>> Accédez à toute la librairie


Sondage


Inscriptions au concours prépa 2015 : quelles écoles allez-vous présenter ?